was successfully added to your cart.

Panier

Un weekend à l’Irish Drift Championship ou comment découvrir le principe « d’envoyer du pâté » !

 

On se fourvoie, messire !

Deux ans, c’est court et long à la fois, tout dépend du point de vue. Mais en deux ans j’avais cru cerner ce qu’était une compétition de drift.
Circuits rapides, caisses de ouf aussi puissantes que brillantes, nuages de fumée étalés sur 5 km², voilà ce qui nous fait rêver ! On est avides de battles collé-serré, et quand on en a une dans un Top 32 on est comme des barges, en pensant qu’on vient d’assister à quelque-chose d’exceptionnel.

GUNPOWDER IRISH GIN
Allez, boit un coup avant la suite.

 

En fait on est des pucelles.

« T’y vas fort ! » me direz-vous. Oui, c’est vrai.
Mais quand je suis arrivé à Mondello Park le samedi pendant le Top 32 des Semi-Pros (qui n’ont de « semi » que les slicks), j’ai eu l’impression de me réveiller : en fait j’avais jamais vu de compétition de drift.
Attention, soyons clairs, je ne met pas en doute le talent des pilotes qu’on peut voir sur nos compets, je dis juste que je me suis fait remettre à ma place instantanément : les irlandais pratiquent le drift en compétition pendant que nous, on fait les cakes.

JACK SHANAHAN DRIFT IDC

 

Pilotes pros, lunettes de soleil et superstars

La première chose qu’on se dit en arrivant c’est qu’on s’est tapé deux avions pour voir « ça » : un circuit tout petit, pas très joli, et en plus ça caille.

On se rend vite compte que le concept est assez loin de l’aspect « professionnel » qu’on se plait habituellement à mettre en avant mais du coup l’ambiance générale est plus que géniale et ça se ressent même en tant que spectateur : ici, on côtoie et on délire avec des Deane, Wiecek, Kearney et autre Shanahan comme si ils étaient de bons potes de cassage de porte.

IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP SWITCH RIDERS PIOTR WIECEK JEREMY TCHOUF MERIRES
Accessibles, cools, les pilotes de l’IDC sont…normaux en fait !

C’est la guerre mamène !

Une fois en piste c’est du grand n’importe quoi, et ce dès les essais. Je me suis fait la réflexion suivante : comment est-ce possible que pendant les essais, j’ai vu plus de battles de ouf que tout le reste de ces deux dernières années ?
J’abuse vraiment pas, c’est un autre monde ! Les qualifs, qui sont habituellement assez longues et souvent barbantes à regarder, sont plus intéressantes que la dernière vidéo publiée sur Jacquie et Michel.

DRIFT SWITCH RIDERS IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP

Puis vient le Top 32. Destruction totale de l’image que j’avais du drift jusque-là et remise en place des bases :
– ça déclenche très fort (j’ai pas dit vite hein, même si c’est pas lent non plus, mais fort ! Le frein à main est quasiment proscrit)
– la partie rapide est survolée en butée et dans la porte du leader s’il vous plaît
– ça se décolle pas de plus d’un mètre dans la partie plus lente, bordée par des murs de béton
– les murs se font copieusement écorcher la tronche à chaque passage

IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP SWITCH RIDERS

Résultat, les battles sont juste incroyables, et je pèse mes mots : j’en ai été choqué. Chaque run est intense comme une finale.
Et encore, il ne me semble pas qu’en deux ans j’ai vu une seule battle aussi intense que n’importe quelle battle de ce round de l’IDC. Que ce soit en tant que drifteur (ce qui n’est après tout qu’un bien grand mot après seulement deux ans de pratique, j’en conviens) ou en tant que spectateur « lambda », le spectacle est terriblement puissant, prenant, au point que les 15 000 spectateurs (oui oui, et c’est des vrais 15 000 spectateurs, pas les 15 000 annoncés par les organisateurs et 3000 comptés par la préfecture) sont très souvent debout en train de gueuler et d’applaudir.

DRIFT SWITCH RIDERS IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP

Ça en est presque flippant et à certains moments on se croirait dans un stade de foot. Quelqu’un aurait-il trouvé le moyen de rendre le drift populaire ??

 

Discipline de passionnés, public populaire

Je n’dis pas que les spectateurs passionnés sont inexistants au contraire, mais à en voir les familles entières, les groupes de jeunes, et même les groupes de moins jeunes présents dans le public, je ne peux que constater que les spectateurs de l’IDC ne sont pas vraiment les mêmes que sur nos championnats, et qu’ils sont surtout beaucoup plus nombreux.

DRIFT SWITCH RIDERS IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP

J’ai bien l’impression que les passionnés sont tout aussi nombreux que chez nous, mais la (grosse) différence c’est qu’ils ne sont pas seuls : il y a un engouement populaire pour le drift qui ressemble à celui pour certains sports collectifs en France. Ça attire du grand public, pas forcément connaisseur, mais qui vient voir du spectacle ! Une partie d’entre eux deviendra peut-être plus tard des passionnés, mais l’important c’est que le drift fasse venir des gens qui chez nous ne se déplacent pas pour « ça ».

Vous me direz que la culture du sport auto en Irlande n’est pas la même qu’en France, et vous aurez raison, mais à mon avis il n’y a pas que ça…

 

Le concept du raccourcissement

DRIFT SWITCH RIDERS IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP
Photo: Sebastien Leroy

Je crois que les tracés sont pour beaucoup dans cette fréquentation de l’IDC par le grand public. Déjà il faut savoir qu’une bonne partie du championnat se déroule sur le circuit de Mondello Park (3 rounds cette année), et que les tracés n’y sont pas forcement rapides, loin de là en fait. Les spectateurs sont disposés tout autour, et il y a même une petite tribune devant laquelle les murs en béton qui servent d’appui (ou de guillotine) aux pare-chocs arrières sont habillement disposés. Et ces murs ils sont vraiment important pour le show !


Photo: Sebastien Leroy

J’ai eu la chance d’aller profiter du spectacle confortablement assis dans la tribune et je peux vous dire que c’est juste génial : on voit tout le tracé, on est près du circuit et les murs sont juste à quelques mètres.
Passionné ou pas, on ne peut qu’apprécier le show et se prendre au jeu ! Le bruit, la fumée, la proximité avec l’action…je suis certain que ma grand-mère se serait levée pour encourager Deane et Shanahan pendant la finale !

oui mais eux ils ont un bien meilleur niveau, tu peux pas comparer !

Bah oui, c’est normal, les mecs on les fait rouler contre des murs donc ils ont pas vraiment le choix en fait…!

Alors certes, les caisses prennent des gifles, mais vu que le tracé est relativement petit elles les prennent pas fort, et il n’y a que (très) rarement d’accident important.
Pas plus que sur nos circuits super rapides qui nous permettent de nous toucher mentalement sur nos vitesses de déclenchements.
Mais personnellement, un déclenchement au frein à main de 200 mètres ça m’excite moins qu’un grand coup d’volant / clutch kick vers l’infini et l’au-delà !

Du coup les caisses sont adaptées : du tube, de la fibre, des marteaux et des rizlans.
Voilà que je retrouve les bases du stunt dans le drift finalement !

DRIFT SWITCH RIDERS IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP

C’est pas cassé, c’est « signé » chef !

Des règles assez simples, c’est peut-être aussi ça le secret : celui qui est devant doit absolument valider les nombreux clips, celui qui est derrière n’a pour autre but que de coller et si possible toucher la porte du leader.
On est loin du « si le leader rate un clip, gardez la trajectoire idéale, sinon vous perdrez aussi des points ».
Bah oui mais en faisant ça le leader s’en va, et le public s’emmerde.
Je résume : petits tracés, règles simples à comprendre, murs, proximité = spectateurs en transe. Simple, basique.
Et j’ai pas encore testé mais je suis certain que du point de vue pilote, c’est ni moins technique ni moins cool que des tracés super rapides et super larges, il n’y a qu’à voir Jeames Deane qui est actuellement leader du Formula Drift.

DRIFT SWITCH RIDERS IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP

Je pense personnellement que c’est même carrément plus cool à rouler…même si le tuning en prend un coup.

Turfu ?

DRIFT SWITCH RIDERS IRISH DRIFT CHAMPIONSHIP

Compet du turfu, remise des prix du turfu ! J’avais jamais vu autant de monde rester pour un podium…

Vous me direz que c’est très facile d’aller voir ailleurs si l’herbe y est plus verte. Et vous avez raison.
Sauf qu’il ne faut pas oublier que c’est peut-être le cas : leur championnat a plus de 10 ans, donc ils ont eu le temps d’essayer beaucoup de choses, et d’en tirer des conclusions.
Je suis revenu avec la conviction que l’IDC, c’est le turfu. Mais le mieux, c’est d’aller voir si vous le pouvez parce que ça met une grande gifle !

En tous cas pour moi, c’est vraiment tout ce que j’aime dans le drift, et j’espère qu’un jour je pourrais aller y rouler pour me faire botter le cul par ces cinglés amateurs de trèfles et d’Guinness (parce qu’avant de monter sur un podium chez eux, faut d’abord arriver avec les couilles dans une brouette, et dans l’avion ça doit pas être facile) !

Allez, salut !
Tchouf